21 septembre 2016

Peine très sévère pour Eric Petetin, une justice aux ordres, mais aux ordres de qui ?

Brouillon de l'actu | 21 septembre 2016

Comité de soutien DAL

Hier, j'allai à Dax pour soutenir des militants du droit au logement dont le procès devait se tenir à 14h. Nous étions une douzaine venus en soutien avec notamment jean-Baptiste Ayrault, le président du DAL, de Paris ainsi que Eric Pétetin, militant zadiste.

Éric est bien connu dans notre région comme défenseur des causes perdues. Combattant historique du Tunnel du Somport, il s'est fait notamment remarquer en 2012 se présentant comme candidat à zéro euros aux élections législatives de la circonscription de Oloron.

Le procès s'est bien passé, le juge a accordé les trois mois de répit demandé et réordonné une audience à une date ultérieure.

Dax est une petite ville un peu mourante du Sud-Ouest de la France les Landes qui compte un tribunal accolé à l'hôtel de police, elle est célèbre pour ses fêtes et son thermalisme.

Un contrôle d'identité surprenant

Nous étions en train de nous réjouir de la conclusion du procès devant le tribunal - très calmement, sans chien ni canette ni autres choses qui font rire - comme le faisaient d'autres personnes sortant du tribunal, le juge ayant été clément ce jour là, quand tout à coup deux policiers et un homme en civil au physique de catcheur s'approchèrent de notre petit groupe.
l'homme en civil interpella directement Éric qui était assis à coté de moi en lui disant " monsieur Pétetin avez-vous vos papiers s'il vous plait, vérification d'identité".
Certains se mirent un rire, car pourquoi demander des papiers si on reconnait la personne ! Eric donna sa carte d'identité mais il lui fut demandé d'aller jusqu'à l'hôtel de police pour "des vérifications".
Les vérifications duraient longtemps et au bout d'une heure nous rentrâmes à trois dans le poste de police afin de demander si Éric été mis en examen pour quoi que ce soit.

Pas de garde à vue mais une "retenue"

Le planton répondit qu'il y avait pas de garde à vue pour l'instant mais qu'Eric était "retenu".
Une retenue, nous l'ignorions, est un espace de non-droit administratif qui peut durer jusqu'à 4h pendant lesquels la personne n'a pas la possibilité de contacter son avocat. Nous précisons alors à la police que Éric étant rentré dans le bâtiment à 15h15 nous allions attendre jusqu'à 19h15, ce à quoi il nous fut répondu que de toute façon la police fermait à 19 heures et qu'il serait sorti avant.
Un moment Eric fut autorisé à fumer une cigarette sur les marches de l'hôtel de police et nous l’interrogeâmes, la police n'avait rien trouvé sur lui ( même pas la boulette) mais téléphonait partout pour savoir s'il n'y avait pas un mandat d'arrêt quelque part.
Il faut dire que Éric est un de ces êtres irritant qui accumule les bourdes vis-à-vis de la justice qu'il avait plusieurs affaires en attente d'être jugé.

Je lui fis promettre en cas de mise en examen de surtout exiger la présence de son avocat (et ami) ce qu'il me promit volontiers.
Il dut rentrer encore dans le poste de police.

Ouverture du Tribunal le soir

A 18h30, alors que nous imaginions qu'il allait bientôt être relâché, nous vîmes sortir Éric menotté avec cinq gendarmes qui l'emmenèrent au tribunal qui a avait été rouvert malgré l'heure tardive ce dont nous ne nous étions pas rendu compte.
La police refusait de répondre à nos questions et nous n'osions pas trop insister de peur de nous faire arrêter nous aussi. Aucun avocat n'était présent et Éric ne savait pas nous dire ce qui se passait. Un précaire de Dax nous fit remarquer la luxueuse voiture garée devant le tribunal et nous dit que c'était la voiture d'un juge.

Un jugement sévère pour un dangereux militant de Pacha Mama

Trois quart d'heure plus tard, Eric sorti toujours menotté et entouré des forces de police, et répondit à nos questions anxieuses que le juge avait trouvé qu'il devait encore 700 € d'une vieille affaire de jours amendes (au sujet de laquelle il avait d'ailleurs fait appel) et qu'il avait été immédiatement condamné à 3 mois fermes sans aménagement de peine à la prison de Mont-de-Marsan, avec mandat de dépôt immédiat.

Il était 7 heures lorsque nous vîmes partir notre camarade toujours menotté vers sa cellule où il pourra expier l'affreuse faute de devoir 700 € à la société pendant les 180 jours à venir.

Non, la justice n'a pas besoin de plus de moyens et les prisons ne sont pas pleines

On dit la justice débordée en France, je ne crois pas que ce soit le cas, puisqu'on arrive à mobiliser une brigade de police, un procureur, un greffier (certainement) et un juge en dehors des heures officielles pour un délit de 700 euros.

Faites tourner

S'il vous plait faites tourner ce texte, et si vous connaissez des journalistes éthiques, essayez de les contacter de notre part. Vous pouvez me joindre par le formulaire contact,

Voir en ligne,  pour-eric-petetin-une-justice-aux-ordres-mais-aux-ordres-de-qui.html

20 septembre 2016

Un chef d'entreprise et militant socialiste dézingue la loi travail et l'exécutif (vidéo Mediapart)



Extraits du "live" de Mediapart du 10 mars 2016

19 septembre 2016

Des policiers et civils déposent plainte contre Cazeneuve et Valls



Le 15 septembre 2016 – Ce matin, avant la manifestation contre la loi travail entre la Bastille et la République, un groupe de civils et de policiers s’est rendu à la Cour de justice de la République afin de déposer plainte contre Manuel Valls, Premier ministre, et Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, en s’appuyant sur l’article 68-2 de la Constitution : « Toute personne qui se prétend lésée par un crime ou un délit commis par un membre du gouvernement dans l’exercice de ses fonctions peut porter plainte auprès d’une commission des requêtes. »

La plainte s’appuie sur l’article 223-1 du code pénal : Messieurs Valls et Cazeneuve sont accusés d’avoir exposé ces manifestants et ces policiers à un « risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée...

Désobéir. net ...
 

16 septembre 2016

Adieu Palestine !

Source photo
Au-delà de cette anecdote qui concerne l'Algérie et une maison d'édition algérienne, il est facile de constater sur le net qu'au sens propre du terme, Israël a rayé la Palestine de la carte (photo ci-dessus) et ce depuis déjà quelques temps.  


Oumma | 16 septembre 2016
 
L'Algérie retire des livres de géographie après avoir remarqué la présence du nom d'Israël sur les cartes et l'absence de la "Palestine"



La ministre algérienne de l'Education, Nouria Benghabrit-Remaoun, a ordonné le "retrait immédiat" des livres de géographie des écoles primaires après avoir remarqué la présence du nom d'Israël sur les cartes et l'absence de la "Palestine", a rapporté le journal Ennahar. D'après le rapport, la ministre a également ouvert une enquête contre la maison d'édition responsable de la publication de ces cartes.

Mais le département de Nouria Benghabrit refuse d’endosser la responsabilité de cette bourde qui a choqué les Algériens. Selon les explications du ministère de l’Education, la copie originale de ce manuel scolaire “qui a été validée ne contenait pas cette erreur dont la responsabilité doit être assumée par l’éditeur” souligne le site Algérie Focus.
  

15 septembre 2016

Pier Paolo Pasolini : « L’Église doit passer à l’opposition »





De la condamnation radicale de la société de consommation à la défense des petites gens et de leurs cultures, il y a plus d’un point commun entre le réalisateur Pier Paolo Pasolini, que la critique qualifiait volontiers de “pas très catholique” et le souverain pontifical actuel qu’on aurait pourtant bien du mal à désigner de la même manière. En plus d’avoir vécu dans la même ville, quoique pas dans le même État, ces deux personnages emblématiques chacun à leur manière partagent largement une vision et un respect de l’humain contre ce(ux) qui les exploite.
 
 

14 septembre 2016

Il n'y aura pas d'élections présidentielles


« Nous appelons à la constitution d’un contre-espace public et politique, partout en France, qui rende à son caractère dérisoire tout le spectacle décrépit de la politique. Nous appelons à faire en sorte qu’il n’y ait pas d’élection présidentielle, au sens où, quand bien même quelques irréductibles s’acharneraient à voter, elle sera un non-événement au regard de notre surgissement politique à nous. »

Lire la suite sur Lundimatin ..

13 septembre 2016

La rentrée littéraire 2016 (image)

 

9 septembre 2016

"Princess boy"


Un élève de CP qui se pose des questions.
Je reste muet. Comment lui dire que cette société ne voit la vie qu’en rose et en bleue, petit Princess Boy ?
https://artistecomptantpourrien.wordpress.com/2016/09/08/princess-boy/

20 août 2016

L'histoire de "l'enfant blessé" d'Alep, une mise en scène ?


Lire,
Syrie : la face obscure du photographe qui a immortalisé l'enfant blessé

et

Le "petit garçon blessé dans le siège orange" - Un nouveau coup monté des "Casques blancs"
 

Une débandade raciste ahurissante en lieu et place de politique


Communiqué du Bureau national de l'UJFP (Union Juive Française pour la Paix)
Voir en ligne : http://www.ujfp.org/spip.php?article5097 

 Une débandade raciste ahurissante en lieu et place de politique



La presse étrangère exprime la stupéfaction des pays anglo-saxons (Huffington post) devant les arrêtés municipaux interdisant le burkini sur des plages françaises. Ainsi côtoyant des plages de nudistes (mais là ce n’est pas du repli identitaire et de l’entre soi communautariste !), les plages républicaines et laïques prétendent interdire à des citoyen-nes de se baigner en burkini, les mêmes n’osant par "pudeur" sans doute rappeler que les femmes juives orthodoxes portent exactement les mêmes tenues "tsnouot" modestes, souvent dans des plages "communautaires". Tant il est évident que ce n’est pas la tenue qui est visée mais celles qui la portent parce qu’elles sont musulmanes.
Le silence des autorités religieuses chrétiennes, mais en ce qui nous concerne particulièrement le silence des autorités religieuses ou communautaires juives à ce propos nous interroge. Nous considérons que cette ruée raciste contre les musulmans de ce pays devrait toucher les organisations juives communautaires et consistoriales dans ce qu’elles ont de plus cher, et pour cause : l’égalité de tous, quelle que soit l’appartenance religieuse, et le droit fondamental à la libre pratique de son culte.

Or nous le savons dans ce genre d’emballée, le silence tue. 

En attendant il s’agit, par ces arrêtés, d’humilier et de faire baisser la tête, et nous, comme juifs qui nous souvenons de ces moments de notre histoire où nos parents ont dû raser les murs en France, nous ne saurions nous taire.

Le véritable sursaut doit être républicain au sens premier de ce terme, il doit faire se lever tous les citoyens dignes de ce nom qui refusent l’association malfaisante de tous les musulmans aux attentats terroristes, et clamer le droit de tous et de chacun à l’expression libre de son culte et ou de ses croyances.

Ce sursaut doit être laïque au sens que les auteurs de la loi de 1905 avaient su donner à ce terme. Il relève de la citoyenneté aussi de comprendre que tout cela fait office de cache sexe aux réelles raisons des attentats : ce que cache le burkini, ce sont l’installation d’un état d’urgence permanent, les perquisitions et assignations à résidences multipliées, pas de vacances pour les musulmans !

La gestion ultralibérale de l’économie et des biens communs, associée à la gestion néoconservatrice de la politique et des citoyens, les guerres de ce régime dans le Moyen Orient et en Afrique...

Que nous sortions couverts ou découverts, c’est cette politique qui fait aujourd’hui consensus sur l’essentiel entre Maires "républicains" et Premier Ministre et qu’il nous faut combattre à découvert !

Il est aujourd’hui plus urgent que jamais, de choisir le camp des opprimés et de leur manifester notre solidarité totale, et d’agir avec eux pour rétablir l’état de droit conforme aux normes bafouées de la République, par les autorités mêmes chargées de les faire respecter.

Le Bureau national de l’UJFP, 18 août 2016.
 

3 août 2016

Israël soutient Daech mais terrorise les pacifistes israéliens


Menaces de mort, agressions, les opposants israéliens à la politique d’occupation et de colonisation israéliennes sont soumis, en toute impunité, à une politique de terreur en Israël, rapporte le journal Haaretz...

EuroPalestine

 

blogger templates